L'AQUARIUM

de Olivier Sylvestre

To play, press and hold the enter key. To stop, release the enter key.

L'auteur

Olivier Sylvestre, auteur et traducteur, est diplômé du programme d’écriture dramatique de l’École nationale de théâtre du Canada. Sa première pièce La beauté du monde (Prix Gratien-Gélinas 2012, finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général, 2015), publiée chez Leméac, a été produite en 2015 au Théâtre aux Écuries. Son texte La disparition de l’Homme et son projet d’autofiction Le show du non exil (coécrit avec Annick Lefebvre), ont été lus au Festival du Jamais Lu en 2013 et 2015. Son conte Le No-Pain Réveillon est publié dans l’édition 2013 des Contes urbains chez Dramaturges Éditeurs. Avec Catherine Cédilot, il a mis en scène sa pièce L’Aquarium au Théâtre Université de Montréal (TUM) en 2014, reprise au Festival Fringe. Sa pièce destinée aux 8-10 ans, La grande échappée, publiée chez Lansman, a été créée en 2015. Cette même année, La Loi de la gravité a reçu l’Aide à la création du Centre national du théâtre (Paris) et en est cours de création au Québec et en France. En plus de l’écriture, Olivier est intervenant en dépendance dans un centre de réadaptation de Montréal.

Résumé

Marion : « Embrasser, c’est grave, Juju, c’est ta langue avec une autre langue, ça forme un nœud de langues, c’est le même geste qu’on fait depuis qu’on est sorti des cavernes, notre mère qui nous met de la nourriture dans la bouche, les oiseaux font ça, c’est un geste millénaire, c’est un rituel, presque une cérémonie, c’est sacré, c’est grandiose... »

 

Ils sont treize, treize adolescents en sortie scolaire, partis visiter une sorte de zoo.

Le car se retrouve bloqué dans un embouteillage, longtemps, très longtemps.

Les adultes ne sont plus dans le car, sortis sûrement voir ce qui se passe.

Il fait de plus en plus chaud.

 

L'attente est longue et surtout on ne sait pas ce qu'on attend.

L'urgence s'installe.

 

«Ce que j'aurais vraiment voulu lui dire avant que le monde s'écrase»

 

Ils s'observent, se cherchent, se tournent autour, tentent de se parler, les triangles amoureux sont nombreux et difficiles à briser, alors ils se réfugient dans leurs pensées, ils s'interrogent sur la vie, la mort, le monde, l'amitié, l'identité, le sexe et bien-sûr l'amour.

Musique originale
L'Aquarium - Rodolphe Puymérail
00:00 / 00:00